Festival de Montmeyan en PoéVie

23. août, 2018

Dans L’Amour d’Amirat, Daniel Biga écrit :

« L’eau du ciel est transparente - je suis au bord du grand bain cosmique – les étoiles

  dans l’eau sans fond clignotent m’appellent -juste un pas – je ne sais quoi me retient

  encore de tomber vers le haut ».

 

  Ce texte m’a donné l’envie d’écrire ceci, le 28 juillet 2018, ce soir de longue éclipse où nous étions positionnés entre le soleil et la lune :

 

  "L’été t’asphyxiait il y a encore 3 heures d’ici - à quelques éclairs quelques

   pépiements près quelques sursauts d’énervements plus tard – maintenant

   que l’été prend l’eau de toutes parts – fait eau de tout feuillage – pourquoi

   ne pas sortir le corps – la tête du corps – pourquoi ne pas se mouiller et

   boire - à la fraîche des étoiles « dans l’eau sans fond » - toute cette eau qui

   flamboie – prends l’eau l’air de l’eau par la bouche les yeux par tous les

   pores de cet été enfin qui ruisselle de ses sources sur une éclipse longue

   de lune qui te restera – pour le coup au vu des circonstances tu le sais à

   présent - par le caprice d’un temps qui n’y était pas – qui te restera invisible –

   sage comme une image. Sors et réverbère la nuit rampante sur ta coquille

   d’escargot – hâte-toi d’en prendre le temps – l’été demain aura peut-être

   changé de couleur dans l’herbier vivant - pulvérisé - de ses orages. La pluie

    est onction d’eau douce – son offrande traverse l’éclair comme sa verticalité

    la parole ondoyante de l’être."

   Murielle COMPERE-DEMARCY

22. août, 2018

à Jean-Paul Klée 

(texte lu au Festival de Montmeyan en Poévie, e, août 2018)

 

         vision dystopik n’ai pas

          couac’au 

           premier ORDI « exaflop »

           réalisant un milliard de milliards d’opés

           à la seconde -j’y croys

          couac’ au fleuriette qui…

          le casse du siècle

          l’économie le truc financier

          la BANQUE fichant la mortalerie

          au monde entier – j’y croyais ! …

          fleuriette bis qui

          koi de moi ainsi virtualisé restera

          sinon météore

          en reste encor

          accroché

          fil-de-fantaisiste

          en queue de lune

         moâ le fée poëte-

         lunaire

         lisez comme je me

         je me suis fée

 

         vision dystopik n’ay pas

          mès

          « bénéfique folie »

          « bonne lübie » dont « fontaine farfelüe »

           « poësie « comme pelouze

            & fertiles lunaisons

            m’ôte toute

             la merdoyance sübie

             Ah ! L’Humanité ! lunaire j’y,

             Lumière quoy

             Ça me va

              Poëzie !

 

              Murielle Compère-Demarcy (MCDem.)

 

28. févr., 2018

"Mercredi du poète" au François Coppée, le 28.02.2018

Bd Montparnasse, PARIS